Poisson de l’Année

Poisson de l’Année

Le merlan, le Poisson de l’Année 2019

Le VLAM, l’office flamand d’agro-marketing, a élu pour la 31e fois le Poisson de l’Année en collaboration avec le secteur de la pêche. Cette année, c’est au tour du merlan. Un classique de la cuisine française, mais méconnu en Belgique. À peine 5 % des foyers belges ont acheté du merlan en 2018. Pourtant, ce poisson ne manque pas d’atouts.

Le merlan à la loupe

Le merlan fait partie de la famille du cabillaud et a également trois nageoires dorsales et deux nageoires ventrales. Il a un dos vert bleu et les flancs sont argentés avec une tache sombre à la base de la nageoire pectorale. La ligne latérale est souvent foncée et son museau pointu. Les jeunes peuvent avoir un court fil de menton.

Le merlan fait 20 à 70 cm de long et peut atteindre l’âge de 20 ans. Il vit généralement à proximité des fonds marins et se nourrit de crustacés, de coquillages, de vers et de petits poissons. Son nom scientifique est Merlangius merlangus.

Les merlans se trouvent en grand nombre dans l’Atlantique du nord-est, dans les eaux aux alentours du nord de la Norvège jusqu’au Portugal.

La pêche au merlan

Les pêcheurs belges ne ciblent pas le merlan en particulier et l’attrapent principalement dans la mer Celtique, la mer du Nord et la Manche orientale.

Ce sont surtout les chaluts à perche et les flyshooters qui assurent le gros des prises de merlan. En Belgique, le merlan est vidé à bord, à l’exception des flyshooters et des bateaux côtiers. L’approvisionnement en merlan varie entre 180 et 300 tonnes par an.

Selon l’ILVO (l’Institut flamand de Recherche de l’Agriculture et de la Pêche), la pêche belge du merlan n’a pas d’impact négatif sur les réserves halieutiques et il n’y aucune inquiétude à se faire dans ce sens.

Le merlan, un bon petit poisson

Le merlan est une alternative délicieuse et peu onéreuse au cabillaud. La chair du merlan est maigre et se digère facilement, mais comprend beaucoup d’arêtes. Lorsque le poisson est bien frais, sa chair blanche et laminée a un gout raffiné.

En France, le merlan est un classique à la carte des restaurants. Chez nous, le merlan séché et salé (« bolling ») que l’on retrouve à la côte et à la kermesse est une attraction en soi. Le merlan est souvent frit en beignet (par exemple dans le fameux « fish and chips ») ou servi pané. On peut aussi l’incorporer dans une bouillabaisse, le mettre en saumure ou le cuire (au four).

Cuisinez le merlan comme un chef grâce à nos recettes et astuces.

Newsletter

Envoyez-moi les nouvelles recettes

Recevez chaque semaine nos nouvelles recettes, astuces et concours.
  • Les dernières tendances alimentaires
  • Des recettes de saison
  • Des tuyaux de cuisson pratiques
  • Concours et évènements

Restez au courant

Ne ratez aucune nouvelle recette

Abonnez-vous à notre newsletter bimensuelle et recevez toutes nos recettes de saison, astuces culinaires et concours dans votre boîte mail.

En inscrivant votre adresse e-mail et en cliquant sur "inscrivez-moi", vous confirmez avoir pris connaissance de notre déclaration de confidentialité et marquez votre accord.